tchin-tchine : FORMATION EN LANGUE ET CULTURE CHINOISES TOULOUSE & BLAGNAC

汉语及中国文化培训

FORMATION EN LANGUE ET CULTURE CHINOISES
toulouse & blagnac

Voyage 2009 : Notre deuxième semaine chinoise : à la découverte de Xi’an

Lundi 13 avril : de Pingyao au temple Jinci

Une charmante nuit dans le calme des ruelles de Pingyao, protégés par des murs centenaires, a reconstitué nos forces; et c’est d’un pas joyeux et décidé que nous arpentons les ruelles de Pingyao. Certains découvrent le Yamen (cette cour de justice qu’ont rendue célèbre les aventures du Juge Ti!), où a lieu une amusante reconstitution d’un jugement, avec figurants et costumes! d’autres escaladent la tour de la ville, au carrefour des rues principales. L’après-midi est consacrée à la découverte du temple Jinci, à deux heures de route de Pingyao. Créé à l’origine pour rendre un culte au prince Shuyu, frère d’une empereur des Zhou (11ème siècle avant JC), il a été agrandi sous les Tang. L’immense domaine boisé comprend des palais, une fontaine « de la Jeunesse Eternelle », un Temple de la Reine Mère, une jolie pagode qui domine un petit lac… chaque détail en est méticuleusement soigné, les arbres en fleurs éclatent de couleur et chaque perspective est un régal pour l’oeil! En soirée, nous faisons escale à taiyuan d’où nous prendrons notre deuxième train de nuit. Nous découvrons les charmes de la première classe : une salle d’attente vide et calme, un accès au train sans cohue et des couchettes plus intimes, puisqu’on peut en fermer la porte, contrairement aux deuxièmes classes…

Mardi 14 avril : L’armée des soldats enterrés

C’est donc relativement reposés que nous partons à l’assaut de la tombe de Qin Shi Huangdi, premier empereur de Chine (au 3ème siècle avant JC), mondialement connu pour l’armée de soldats d’argile construite pour l’accompagner dans l’au-delà… Au fil des trois grandes fosses découvertes dans les années 1970, nous nous émerveillons de l’inventivité des artisans qui ont modelé des milliers de figures humaines, de chevaux, de chars et d’armes… et que dire de la démesure de cet empereur, que penser de la personnalité d’un homme qui a sacrifié des centaines de vies à cette entreprise incroyable? En fin d’après-midi, nous faisons une halte sur la route qui nous ramène à Xi’an. La grande pagode de l’Oie Sauvage abrite, depuis la dynastie Tang, les textes des sutras traduits par le grand moine pélerin XuanZang, qui vécut ici 14 années consacrées à l’étude des textes bouddhistes. L’ombre de Wu Zetian, unique impératrice qu’ait connue la Chine, plane également sur ce lieu étonnant! Pour le repas, nous nous aventurons jusqu’une petite gargotte de cuisine du Hunan. On nous y réserve un accueil d’une immense gentillesse (et incroyablement bruyant!). Le patron n’hésite pas à bousculer quelques clients en fin de repas pour faire de la place à notre groupe, ce qui fait rire tout le monde… mais les cuisiniers seront attentifs à atténuer le feu d’une cuisine réputée en Chine pour son piquant, et nous dévorons avec gourmandise la succession de plats qu’on nous présente!

Mercredi 15 avril : Xi’an et sa forêt des stèles

Il est temps de découvrir la ville de Xi’an intro-muros! nous commençons pas passer la porte nord, percée au milieu des imposantes murailles, et nous dirigeons vers le quartier musulman. Entre spécialités culinaires, marchés colorés, restaurants hallals, nous dénichons la grande mosquée, bulle paisible au milieu de l’agitation qui règne partout. Etonnnante architecture que celle de cette mosquée, construite à la chinoise, avec ses pavillons et ses toits pointus. Seuls quelques indices indiquent que nous sommes ici au coeur de la religion musulmane : la couleur verte des toits, les inscriptions en arabes, la salle des ablutions et celle de la prière…Nous croisons une jolie huppe, superbe oiseau orangé qui semble apprivoisé et se laisse approcher sans faroucherie. Pour le repas de midi, nous nous mettons en quête d’un restaurant recommandé par nos guides. La recherche manque de venir à bout de nos estomac affamés, mais nous finissons par dénicher le lieu, au troisième étage d’un immense building commercial. L’accueil est glacial, nous ne traînons pas! Et nous avons raison, car il nous faudra bien deux heures pour profiter des merveilles qu’abrite la Forêt des Stèles, au coeur du temple de Confucius. Cette magnifique « bibliothèque de pierre » abrite les textes gravés des grands classiques du confucianisme, des ouvrages de calligraphie et de poésie, une étonnante stèle qui rapelle l’installation de l’église nestorienne à Xi’an (mais nous sommes frustrés de ne pas retrouver la croix que nous nous attendions à voir!). Nous furetons dans les allées, pour chercher les caractères connus, comparer les traits de plume des grands calligraphes… Dans la dernière salle, les employés du temple pratique l’estampage : un papier fin est déposé sur la stèle, puis martelés à l’aide d’un tampon de tissu imbibé d’encre. Un double parfait de la stèle est ainsi réalisé sous nos yeux! Enfin, la dernière salle abrite quelques merveilles, statues anciennes issues de tombeaux ou de palais : il y a trop de choses à voir et il nous faut nous résigner à partir pour la gare! Avec deux bonnes heures d’avance, suite à la mauvaise foi du conducteur, pressé de rentrer? Un nouveau train de nuit nous attend : nous regagnons Pékin demain! Retrouvez le compte-rendu des jours précédents en cliquant ici!

50, rue d’Aubuisson - 31000 Toulouse
Tel : 09.51.51.70.13
Organisme de formation agréé n° 73.31.04486.31
SIRET 448 722 421 00014 – APE 9499Z